mardi 6 octobre 2015

L'effet complexe du réchauffement climatique sur le débourrement des feuilles

Pour CAPES et Agreg
Thèmes : réchauffement climatique, rythme des saisons, feuille, photopériode





Ce n'est pas tout à fait la saison actuellement mais une étude parue dans le dernier Nature traite du débourrement (ou débourrage) des feuilles au printemps et de l'effet du réchauffement climatique. Ce dernier a pour effet de rendre plus précoce le développement des feuilles. Il est connu depuis longtemps que la sortie de dormance des bourgeons dépend de la température (passage par un froid hivernal (vernalisation) et/ou augmentation de la température au printemps), mais aussi de la photopériode, de l'humidité... Chaque espèce a son propre profil et par exemple les hêtres sont très peu sensibles à la température et c'est la photopériode qui est le facteur déterminant.

Les chercheurs de l'étude ont analysé des données portant sur 1245 sites en Europe concernant les 7 espèces des forêts décidues les plus courantes sur 33 ans (de 1980 à 2013). De manière étonnante, ils se sont rendus compte qu'au fur et à mesure que les températures moyennes augmentent, l'effet sur la précocité du débourrement des feuilles s'atténue. L'une des explications amenées par les chercheurs est que le réchauffement concerne aussi la période de vernalisation : comme il fait moins froid en hiver cela provoque un retard du débourrement qui compense l'avance due à de plus hautes températures printanières. 

Cet effet n'explique cependant pas tout (notamment parce que des espèces peu sensibles à la vernalisation sont aussi affectées en partie par cette "désensibilisation" à l'effet température). Il se peut aussi que l'effet de la photopériode devienne prédominant si on entre dans des périodes trop précoces. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire