lundi 28 octobre 2013

Au Nord c'était les cocons

Plutot Agreg
Thèmes : Insectes, Histoire de la vie



Les plus anciens représentants des Insectes Holométaboles découverts dans un terril du Nord de la France

Aile antérieure d'Aviorrhynca magnifica, une nouvelle espèce trouvée dans les mines d'Avion (Nord-Pas-de-Calais), plus ancien Hémiptère connu (Carbonifère supérieure). Photo : MNHN, CNRS

Une équipe du Muséum national d'Histoire Naturelle et du CNRS vient de mettre en évidence les plus anciens représentants des lignées modernes d'insectes, les Holométaboles (Insectes à métamorphoses complètes) et Paranéoptères (lignée des punaises et des thrips), dans un gisement situé dans une ancienne mine de charbon du Nord-Pas-De-Calais et daté du Carbonifère (-360 à -300 MA). Ces travaux ont été publiés dans Nature mi-Octobre 2013.
Les Insectes du Carbonifère ont été souvent considérés comme exceptionnels du fait de leur gigantisme et de l'existence de lignées aujourd'hui disparues, comme les Paléodictyoptères, toujours d'assez grande taille et dont certaines espèces possédaient trois paires d'ailes. Mais les nouveaux fossiles découverts bouleversent la vision de ces écosystèmes : ils comprennent les plus anciens représentants des Hémiptères (punaises et cigales), des Coléoptères (scarabées etc.) et des Hyménoptères (guêpes et fourmis). Au sein de cette faune fossile, se trouvent donc des Holométaboles qui n'étaient pas signalés à ce jour que pour le Permien et non pour le Carbonifère qui précède le Permien.
Ces insectes carbonifères sont aussi les plus petits jamais découverts à cette période, ce qui permet de relativiser le gigantisme habituellement observé jusqu'à présent. Le gigantisme est expliqué par des taux particlièrement important d'oxygène dans l'atmosphère durant cette période et aussi par l'absence de prédateurs vertébrés aériens. Avec ces "petits" insectes, il est démontré que le gigantisme n'était pas généralisé et que des conditions favorables au gigantisme n'y mènent pas automatiquement.
Ces travaux confirment aussi en partie des travaux récents de phylogénie moléculaire qui suggèrent une apparition et une diversification beaucoup plus anciennes pour les principales lignées d'insectes que le registre fossile ne le laisait supposer auparavant.
 
D'après communiqué de presse MNHN, CNRS du 16 Octobre 2013
 
Contribution au blog proposé par Catherine Blais

Référence :
Nel, A., Roques, P., Nel, P., Prokin, A.A., Bourgoin, T., Prokop, J., Szwedo, J., Azar, D., Desutter-Grandcolas, L., Wappler, T. Garrouste, R., Coty, D., Huang, Diying, Engel, M. and Kirejtshuk, A.G. The earliest-known holometabolous insects.

Nature, 16 octobre 2013. doi: 10.1038/nature12629

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire